Signature d’un accord entre BDO au Luxembourg et eSST

Signature d’un accord entre BDO au Luxembourg et eSST

BDO au Luxembourg, (l’un des plus importants cabinets d’expertise comptable, d’audit et de conseil) et eSST (société luxembourgeoise de conseil spécialisée dans la sécurité et santé au travail) ont signé un accord de coopération stratégique à long terme.

Dans le cadre du développement de son offre de conseil en ressources humaines, BDO a signé en date du 27 avril 2020 un partenariat stratégique avec eSST. Créée en 2016, la société luxembourgeoise eSST a pour mission de faciliter la sécurité et santé au travail au sein des entreprises et administrations par le conseil, la formation et un logiciel de gestion intégré développé en interne. Ce logiciel, eSST monitoring, permet de structurer, de mettre en place et de gérer les obligations légales de l’employeur en matière de sécurité et santé au travail. Leader du marché luxembourgeois en calcul des salaires, BDO complète avec ce partenariat sa gamme de services en ressources humaines.

« L’objectif stratégique pour BDO est de compléter notre offre au niveau des services en ressources humaines. Avec nos services de calcul de salaires, de fiscalité des salariés et de conseil en ressources humaines, ainsi que nos partenariats stratégiques, nous sommes aujourd’hui non seulement le plus grand prestataire, mais aussi le seul acteur au Luxembourg à proposer une expertise profonde dans tous les domaines liés aux ressources humaines. eSST propose des solutions à une préoccupation de toutes les sociétés, à savoir la sécurité et la santé de ses employés. » précise Daniel Hilbert, HR Advisory Partner chez BDO.

Peter Czibula, associé de eSST : « Ce partenariat stratégique avec BDO nous permet d’accélérer notre développement commercial et de proposer aussi à leurs clients notre solution innovante eSST monitoring et notre expertise. Au-delà de l’obligation morale, il y a aussi des obligations légales en matière de sécurité et santé au travail. Ce sujet important pour toute entreprise a encore gagné en actualité dans le contexte de la crise sanitaire liée au COVID-19. »

Forte de son expertise, eSST vient de développer une offre spécifique COVID-19 pour l’accompagnement de ses clients lors de la reprise des activités. Elle comprend des formations, des évaluations des risques professionnels et aussi un accompagnement sur mesure.

eSST a également publié un vade-mecum gratuit, qui se veut très opérationnel et est actualisé en temps réel. Il donne une aide précieuse à tout employeur qui fait face aux obligations renforcées dans le cadre de la crise du coronavirus.

Source:

https://gemengen.lu/web/2020/05/07/signature-dun-accord-de-cooperation-strategique-entre-bdo-au-luxembourg-et-esst/

Covid-19 : Est-ce que j’ai revu & adapté mon organisation ?

Covid-19 : Est-ce que j’ai revu & adapté mon organisation ?

Les mesures organisationnelles visent à limiter les contacts physiques rapprochés ou prolongés entre les personnes présentes au sein d’une entreprise.

N.B. Chaque moyen d’action (organisation, formation et matériel) pris séparément est essentiel mais non suffisant. La mise en place conjointe de ces 3 moyens est un élément clé pour limiter les risques d’infection.

Postulat : Le télétravail est la règle pour tous les postes qui le permettent

Respecter les lignes directrices :

  • Désigner un Référent Covid-19 par lieu de travail pour s’assurer que les salariés respectent les règles « barrières ». Pour les entreprises importantes, un Superviseur Référent Covid-19 coordonnera les différentes actions
  • Adapter l’organisation de l’entreprise, des lieux de travail et des chantiers
  • Suspendre les activités de groupe comme les déjeuners d’affaires, les réunions et formations en présentiel, les colloques ou séminaires … en organisant des visioconférences, ou en recourant systématiquement aux autres moyens de télé-contact, au e-learning…
  • Proscrire les déplacements des salariés dans les zones à risques et mettre en « quarantaine » chez eux les salariés qui en reviennent, en arrêt de travail ou en télétravail
  • Identifier les personnes les plus exposées (accueil, guichet, vente au public…), déterminer les modalités particulières de leur protection (gants, masques et visières transparentes, écrans en plexiglas, …)
  • Porter attention au mode dégradé en raison d’absence de salariés, de matériel, de sous-traitants ou d’autres ressources habituelles
  • Rédiger et afficher une procédure de détection et d’évacuation d’une personne malade
  • Privilégier des équipes les plus réduites possible
  • Éloigner le plus possible les bureaux les uns des autres et sans vis-à-vis (au moins 1 mètre, soit 2 mètres entre les employés). Privilégier les bureaux individuels en répartissant les salariés présents
  • Réorganiser la disposition des tables à la cantine (avec diminution de places et élargissement des horaires d’ouverture en compensation), marquage au sol pour faciliter la distanciation physique
  • Dans les secteurs où celle-ci doit être maintenue, organiser la restauration d’entreprise en élargissant la plage horaire d’ouverture, en laissant plus de 2 mètres de distance entre les places à table et en mettant en place des alternatives à la restauration collective…)
  • Décaler les prises de poste et de pauses
  • Limiter le nombre de personnes et la coactivité, p. ex. répartir les équipes entre matin et après-midi, réduire le nombre de tâches à accomplir chaque jour
  • Mettre en place un plan de circulation qui respecte la distance de 2 mètres entre les personnes (croisements, circulations circulaires, passages spécifiques)
  • Organiser la réception des matériaux et matériels de façon à éviter tout contact physique
  • Éviter le prêt de matériel entre salariés (avec une désinfection entre deux salariés)
  • Favoriser la communication par courrier électronique, téléphone, audioconférence ou visioconférence
  • Appliquer des conditions d’hygiène strictes sur les lieux de travail

Veiller au quotidien :

  • Vérifier avant chaque début de tâche, les modes opératoires permettant de respecter la distance de 2 mètres
  • Présenter l’organisation exceptionnelle des travaux avant chaque prise de poste et chaque demi-journée
  • Respecter la distance physique de 2 mètres. Si ce n’est possible, le port du masque est obligatoire
  • Prévoir un calendrier de fréquence (au moins quotidien) et d’alternance nettoyage-désinfection adapté à l’occupation des locaux : revêtements des sols, surfaces et matériels en contact avec les mains. Utiliser un essuyage humide au lieu de spray. Mettre à disposition de gants adaptés, à longues manchettes, pour éviter la pénétration des produits à l’intérieur, en vinyle, nitrile, butyle ou polyéthylène
  • Attribuer les outillages de façon individuelle (sauf en cas de port systématique de gants de travail)
  • Limiter les risques traditionnels (risques de chute, de heurt, ceux liés à l’électricité, aux engins, aux produits chimiques, au port de charge et aux postures) pour éviter les accidents (soulager les services des urgences)
  • Veiller à l’approvisionnement des postes de lavage des mains en savon et en papier à usage unique de préférence ou mettre à la disposition du personnel des solutions hydroalcooliques, notamment si l’accès aux installations sanitaires n’est pas possible (coursiers, personnel en déplacement ponctuel…).
  • Enlever les revues et les documents des aires d’attente ou des salles communes
  • Limiter l’accès aux espaces de convivialité et autres lieux de pauses collectives
  • Laisser une place libre au milieu de la banquette arrière des véhicules utilitaires lors du transport des travailleurs1
  • Être sensibilisé et faire respecter la procédure de détection et d’évacuation d’une personne malade, au quotidien

Établir des procédures pour l’accès des tiers au lieux de travail :

  • Limiter le nombre de visiteurs ou clients et organiser les files d’attente
  • Afficher des consignes générales d’hygiène
  • Mettre à disposition des solutions hydroalcooliques dans la mesure du possible à l’entrée des bâtiments recevant du public
  • Mettre en place une distance de sécurité, voire des dispositifs spécifiques (interphone écrans plexiglass…) pour les postes exposés au public
  • Organiser la réception des matériaux et matériels est organisée de façon à éviter tout contact physique

Ressources:

Accord interprofessionnel sur le transport collectif des salariés organisé par l’employeur des secteurs Construction et Entrepreneurs paysagistes et jardiniers, entre la Fédération des Artisans (FDA) et les organisations syndicales LCGB et OGBL.

Covid-19 : Dans quel contexte légal puis-je reprendre mes activités ?

Covid-19 : Dans quel contexte légal puis-je reprendre mes activités ?

Le Règlement grand-ducal du 17 avril 20204 porte sur une série de mesures en matière de sécurité et de santé au travail dans le cadre de la lutte contre le COVID-19.

Il convient de rappeler 3 articles du Code du travail:

  • Les articles L.312-1 et 312-2 : « L’employeur est obligé d’assurer la sécurité et la santé des salariés dans tous les aspects liés au travail et, dans le cadre de ses responsabilités, il est tenu de prendre les mesures nécessaires pour la protection de la sécurité et de la santé des salariés, y compris les activités de prévention des risques professionnels, d’information et de formation ainsi que la mise en place d’une organisation et de moyens nécessaires »
  • L’article L. 313-1 du Code du travail : « Il incombe à chaque salarié de prendre soin, selon ses possibilités, de sa sécurité et de sa santé ainsi que de celles des autres personnes concernées du fait de ses actes ou de ses omissions au travail, conformément à sa formation et aux instructions de son employeur »

Le Règlement grand-ducal du 17 avril 20202 porte sur une série de mesures en matière de sécurité et de santé au travail dans le cadre de la lutte contre le COVID-19.

L’employeur doit :

  • prendre les mesures appropriées, et le cas échéant les ajuster, pour la protection de la sécurité et de la santé
  • éviter les risques
  • évaluer régulièrement tout risque pour la sécurité et la santé des salariés qui ne peut pas être évité
  • déterminer, en fonction de cette évaluation, les mesures à prendre
  • limiter, en cas de besoin, le nombre de salariés exposés aux risques ou susceptibles de l’être
  • informer et former, en collaboration avec la délégation du personnel, les salariés sur les risques éventuels pour la sécurité et la santé, les précautions à prendre, le port et l’emploi des équipements et des vêtements de protection ainsi que sur les prescriptions en matière d’hygiène et leur donner les instructions appropriées
  • afficher des panneaux signalant les risques et les mesures de prévention
  • aménager les postes de travail et autres locaux ou lieux de travail
  • mettre en place des équipements de protection collective qui permettent d’assurer la protection des salariés par rapport aux autres personnes
  • fournir aux salariés des équipements de protection individuelle, y compris des vêtements de protection appropriés et adaptés au COVID-19
  • veiller à ce que les vêtements et équipements de protection soient (a) placés correctement dans un endroit déterminé et rangés à l’écart des autres vêtements ou (b) nettoyés après chaque utilisation, ou au besoin (c) détruits
  • mettre à la disposition des salariés des sanitaires appropriés, leur permettre l’accès à un point d’eau, du savon et des serviettes de papier jetables ou leur fournir des produits désinfectants
  • veiller à ce que les salariés respectent une distanciation physique appropriée et, à défaut, que les salariés portent un masque ou tout autre dispositif permettant de recouvrir le nez et la bouche d’une personne physique et, si besoin, d’autres équipements de protection individuelle
  • veiller à ce que les locaux et les sols soient régulièrement nettoyés
  • veiller à ce que les surfaces de travail soient nettoyées et désinfectées

Les salariés doivent :

  • utiliser correctement les équipements de protection et les vêtements de protection mis à leur disposition et spécifique à l’épidémie et appliquer les mesures d’hygiène requises
  • signaler immédiatement, à l’employeur et/ou aux salariés désignés et aux délégués à la sécurité et à la santé, toute situation de travail dont ils ont un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et immédiat pour la sécurité et la santé dans le cadre de l’épidémie de COVID-19
  • s’éloigner de leur poste de travail ou d’une zone dangereuse, en cas de danger, immédiat et qui ne peut être évité, et ce sans subir aucun préjudice

Les membres de l’Inspection du travail et des mines (ITM) ainsi que par les médecins du travail de la division de la santé au travail et de l’environnement (DSATE) recherchent et constatent :

  • les infractions, punies des peines prévues à l’article L. 314-4 du Code du travail

Ressources:

Code du travail, version consolidée au 13 mars 2020

Règlement grand-ducal du 17 avril 2020