eSST Covid-19 : Vade-mecum - 3

Covid-19 : Est-ce que j’ai revu & adapté mon organisation ?

juillet 13, 2020

Les mesures organisationnelles visent à limiter les contacts physiques rapprochés ou prolongés entre les personnes présentes au sein d’une entreprise.

N.B. Chaque moyen d’action (organisation, formation et matériel) pris séparément est essentiel mais non suffisant. La mise en place conjointe de ces 3 moyens est un élément clé pour limiter les risques d’infection.

Postulat : Le télétravail est la règle pour tous les postes qui le permettent

Respecter les lignes directrices :

  • Désigner un Référent Covid-19 par lieu de travail pour s’assurer que les salariés respectent les règles « barrières ». Pour les entreprises importantes, un Superviseur Référent Covid-19 coordonnera les différentes actions
  • Adapter l’organisation de l’entreprise, des lieux de travail et des chantiers
  • Suspendre les activités de groupe comme les déjeuners d’affaires, les réunions et formations en présentiel, les colloques ou séminaires … en organisant des visioconférences, ou en recourant systématiquement aux autres moyens de télé-contact, au e-learning…
  • Proscrire les déplacements des salariés dans les zones à risques et mettre en « quarantaine » chez eux les salariés qui en reviennent, en arrêt de travail ou en télétravail
  • Identifier les personnes les plus exposées (accueil, guichet, vente au public…), déterminer les modalités particulières de leur protection (gants, masques et visières transparentes, écrans en plexiglas, …)
  • Porter attention au mode dégradé en raison d’absence de salariés, de matériel, de sous-traitants ou d’autres ressources habituelles
  • Rédiger et afficher une procédure de détection et d’évacuation d’une personne malade
  • Privilégier des équipes les plus réduites possible
  • Éloigner le plus possible les bureaux les uns des autres et sans vis-à-vis (au moins 1 mètre, soit 2 mètres entre les employés). Privilégier les bureaux individuels en répartissant les salariés présents
  • Réorganiser la disposition des tables à la cantine (avec diminution de places et élargissement des horaires d’ouverture en compensation), marquage au sol pour faciliter la distanciation physique
  • Dans les secteurs où celle-ci doit être maintenue, organiser la restauration d’entreprise en élargissant la plage horaire d’ouverture, en laissant plus de 2 mètres de distance entre les places à table et en mettant en place des alternatives à la restauration collective…)
  • Décaler les prises de poste et de pauses
  • Limiter le nombre de personnes et la coactivité, p. ex. répartir les équipes entre matin et après-midi, réduire le nombre de tâches à accomplir chaque jour
  • Mettre en place un plan de circulation qui respecte la distance de 2 mètres entre les personnes (croisements, circulations circulaires, passages spécifiques)
  • Organiser la réception des matériaux et matériels de façon à éviter tout contact physique
  • Éviter le prêt de matériel entre salariés (avec une désinfection entre deux salariés)
  • Favoriser la communication par courrier électronique, téléphone, audioconférence ou visioconférence
  • Appliquer des conditions d’hygiène strictes sur les lieux de travail

Veiller au quotidien :

  • Vérifier avant chaque début de tâche, les modes opératoires permettant de respecter la distance de 2 mètres
  • Présenter l’organisation exceptionnelle des travaux avant chaque prise de poste et chaque demi-journée
  • Respecter la distance physique de 2 mètres. Si ce n’est possible, le port du masque est obligatoire
  • Prévoir un calendrier de fréquence (au moins quotidien) et d’alternance nettoyage-désinfection adapté à l’occupation des locaux : revêtements des sols, surfaces et matériels en contact avec les mains. Utiliser un essuyage humide au lieu de spray. Mettre à disposition de gants adaptés, à longues manchettes, pour éviter la pénétration des produits à l’intérieur, en vinyle, nitrile, butyle ou polyéthylène
  • Attribuer les outillages de façon individuelle (sauf en cas de port systématique de gants de travail)
  • Limiter les risques traditionnels (risques de chute, de heurt, ceux liés à l’électricité, aux engins, aux produits chimiques, au port de charge et aux postures) pour éviter les accidents (soulager les services des urgences)
  • Veiller à l’approvisionnement des postes de lavage des mains en savon et en papier à usage unique de préférence ou mettre à la disposition du personnel des solutions hydroalcooliques, notamment si l’accès aux installations sanitaires n’est pas possible (coursiers, personnel en déplacement ponctuel…).
  • Enlever les revues et les documents des aires d’attente ou des salles communes
  • Limiter l’accès aux espaces de convivialité et autres lieux de pauses collectives
  • Laisser une place libre au milieu de la banquette arrière des véhicules utilitaires lors du transport des travailleurs1
  • Être sensibilisé et faire respecter la procédure de détection et d’évacuation d’une personne malade, au quotidien

Établir des procédures pour l’accès des tiers au lieux de travail :

  • Limiter le nombre de visiteurs ou clients et organiser les files d’attente
  • Afficher des consignes générales d’hygiène
  • Mettre à disposition des solutions hydroalcooliques dans la mesure du possible à l’entrée des bâtiments recevant du public
  • Mettre en place une distance de sécurité, voire des dispositifs spécifiques (interphone écrans plexiglass…) pour les postes exposés au public
  • Organiser la réception des matériaux et matériels est organisée de façon à éviter tout contact physique

Ressources:

Accord interprofessionnel sur le transport collectif des salariés organisé par l’employeur des secteurs Construction et Entrepreneurs paysagistes et jardiniers, entre la Fédération des Artisans (FDA) et les organisations syndicales LCGB et OGBL.